Étiquette : gameboy

1460053165-entete-retro-04-16

Quel mois d’Avril mes amis ! Le remake de Wonderboy 3 qui sort dans un enthousiasme général et fait découvrir aux nouvelles générations un game design d’un autre temps; JulienC qui ne fait plus partie de Gameblog; les réseaux sociaux qui commencent déjà à se hyper à l’idée d’une SNES mini; sans oublier le Gameboy qui fête ce mois-ci ses 28 ans ! Quel mois vous dis-je…

Pour commencer, j’aimerais profiter de cet édito pour rendre un petit hommage à Julien Chièze qui vient de quitter Gameblog.fr après dix années d’intense investissement. Je ne me garderai bien évidemment d’y aller de mon petit commentaire, car c’est une affaire donc on ne sait rien et qui ne nous regarde aucunement. Non, je tiens à remercier encore une fois Julien pour avoir si brillamment su donner envie à tant d’anonymes comme nous de se lancer dans l’aventure du podcast. Nombreux sont les podcasteurs de notre génération à avoir eu l’envie de s’essayer à l’exercice à force d’écouter les anciens de Joypad discuter jeux vidéo autour d’une table à repasser. Ce fut pour moi une réelle fierté de recevoir Julien sur les ondes de LaCazRetro pour parler de Secret of Mana. Je le remercie une nouvelle fois d’avoir accepté notre invitation avec tant de simplicité; ce fut un moment très particulier pour moi que d’animer un podcast en sa présence et de suivre avec attention les quelques bons conseils dont il m’a dispensé ce soir-là pour m’améliorer. Ici à LaCaz nous sommes des enfants des podcasts de Gameblog, on s’est formé au sein de sa communauté. J’envoie également plein de bonnes ondes à Traz et Julo pour le challenge qui se présente inopinément à eux; je sais leur talent et je ne m’inquiète pas pour eux.

 

Ceci étant dit, j’aimerais revenir sur la rumeur insistante d’une prochaine SNES mini. Oui, ça n’a rien à voir. Nous revenons à peine d’un micro-phénomène de hype autour de la NES mini, où tous ceux qui voulaient afficher qu’ils étaient au top de la mode de la nostalgie, nous ont spammés avec des photos de boites neuves. On ne va pas se le cacher, ça faisait un peu cher pour un selfie et une soirée à se rendre compte que la NES ça a mal vieilli et que la majorité des jeux de votre enfance ne figure pas dans la sélection arbitraire de trente titres inclus dans le bousin.

Mais la Super Nintendo c’est pas pareil. Là on parle d’une des meilleures ludothèques de l’histoire du jeu vidéo; d’une machine mythique qui aujourd’hui met presque tout le monde d’accord lors des apéros de trentenaires. Là pour le coup, l’excitation semble bien plus légitime.

Mais non.

Aujourd’hui, personne ne s’inquiète de la liste de jeux qui figurera dans cette boite en plastique. Et avec la ludothèque de malade de la SNES, imaginez le nombre hallucinant de hits qui ne feront pas partie de la sélection finale. Nan, aujourd’hui tout le monde se dit qu’il faudra investir day-one dans cette objet dont la cote va assurément exploser quelques jours à peine après sa sortie.

Personnellement, je vois plus ces sorties comme une manière astucieuse pour Nintendo de vendre de beaux objets collector plus que de réellement proposer aux joueurs une manière nouvelle et légale de profiter de son histoire dans un cadre optimal. Il faut voir les choses telles qu’elles sont, voilà des années que sur les ondes de lacaz nous « militons » pour l’arrivée d’un service à la Netflix , pour pouvoir JOUER de manière légale à des offres proches des frontends que nous utilisons depuis plusieurs années maintenant et qui n’ont rien à envier aux offres officielles. De plus, n’oublions pas que ce système de ressorties par collections de jeux nous cantonne toujours aux mêmes titres; les usual suspects qu’on nous ressort régulièrement depuis 20 ans; laissant pléthore de bons jeux d’antan sur la touche. Cette mémoire sélective du jeu vidéo va continuer de plonger tant de bons petits jeux dans l’oubli que ça me rend plus triste qu’autre chose.

Ces mini consoles sont des objets de collection, voire de statut social, mais certainement pas des ressorties. On me rétorquera bien volontiers que je ne suis sûrement pas le public visé et que c’est toujours mieux que rien – et vous n’auriez pas tort – mais je ne peux m’empêcher de penser que c’est bien triste de se contenter de si peu. D’autant que des propositions alternatives existent (je pense par exemple à cette micro NES à cartouches NFC)  et qu’elles sont à mon sens hautement plus intéressantes. Mais pour creuser un peu plus la question, je vous inviter à écouter notre podcast Hors-Série « Emulation 2 » où nous débattons sur ce sujet.

 

Mais pendant qu’on se perd en conjectures, le Frigo fête ses 28 ans. 28 années d’une lignée de consoles portables à succès planétaire qu’aucun concurrent ne parviendra à bousculer jusqu’à l’explosion des smartphones. Un anniversaire qui laisse aisément supposer que dans deux ans nous aurons droit à une réédition en mode « mini » pour le trentième anniversaire.

Chez moi, on n’a jamais eu le premier Gameboy; et ce n’est pas faute de l’avoir demandé ! Car oui, mon frère avait effectivement demandé la portable de Nintendo à l’époque – nous avions déjà quelques Game&Watch – mais notre SEGAFANBOY de paternel lui offrit une GameGear à la place « Parce que c’est de la couleur, c’est plus puissant et Sega c’est mieux que Nintendo« .  Mais lorsqu’un cousin ou un ami débarquait à la maison avec la bête, même pour des gosses élevés au bleu, il n’y avait pas photo. Trente secondes sur Tetris valaient mieux qu’une semaine sur Columns, un Link’s Awakening faisait bien plus voyager qu’un sympathique Dragon Crystal. J’ai dû attendre la sortie du GameBoy Color ( violet transparent toi même tu sais) avec Pokemon Bleu pour enfin découvrir la qualité de sa ludothèque, ludothèque qui ne cesse de m’étonner encore aujourd’hui.

Ce que j’ai toujours adoré sur le Gameboy, c’est qu’elle vient d’une époque où les développeurs étaient habitués à des standards plus élevés, et les limitations techniques de la machine les obligeaient à penser différemment et à creuser ce qui devait être le coeur de l’expérience de jeu. Un procédé d’épure que j’aime particulièrement et qui a donné des jeux d’une simplicité et d’une pureté dingue. Des jeux qui sont toujours aussi agréables à jouer aujourd’hui.

Alors je te souhaite un excellent anniversaire petite chose magique. J’ai hâte de me plaindre dans deux ans de la pauvreté de l’offre de ta réédition collector trop cool #revival #oldies #tropdesouvenirs #ads

 

Pour conclure j’aurais aimé vous parler du remake français de Wonderboy 3, jeu de coeur pour pas mal de cazeurs (dont Subby qui le speedrun comme un taré), mais je n’ai pas eu le temps de me le faire à l’heure où j’écris ces lignes. Mon impatience est énorme, et ma rage face aux chanceux qui ont eu le presskit en boite de Master System, est intolérable. Vous pouvez toujours retrouver l’avis de notre Punky sur sa chaîne youtube en attendant. Je félicite les gens de Dotemu avec qui nous avons par le passé collaboré pour vous offrir des cadeaux sur le Grand Quiz. Leur nouvelle orientation démarre de bien belle manière et je le souhaite de continuer à nous proposer des titres avec ce niveau de finition. J’aime la philosophie de ces gens, leur manière de respecter le passé et de lui donner le coup de jeune qu’il faut pour le rendre attirant pour le plus grand nombre. Vivement que je puisse m’y plonger !

 

bs smurf

Chaque mois nous allons replonger dans nos souvenirs de jeux qui nous ont marqués au travers de leur bande son. Des pastilles plus courtes que nos podcasts traditionnels, jamais plus de deux chroniqueurs à la fois, et beaucoup plus de place offerte à l’OST des jeux évoqués. L’occasion pour certains chroniqueurs de parler de jeux déjà traités il y a quelques saisons afin de donner également leurs avis, et aussi la possibilité pour nous d’évoquer certains titres qui n’auraient pas vraiment d’intérêt à être traités dans un long podcast.

Et pour ce Bonus Stage de Mars, Jipé  vous propose de replonger dans l’ambiance des SCHTROUMPFS GAMEBOY (1994) !

 

 Bonne Écoute à tous et n’hésitez pas à nous faire partager vos propres souvenirs !

 

AVEC

 .

Les Schtroumpfs

Téléchargez le Podcast « Clic Droit Enregistrer Sous »

 .

crédit musique générique LaCaz’Retro : Welcome to the Retro Zone by Izioq© ( http://izioq.bandcamp.com/ )

 .

Ban_BoitePartie2

Bonjour à tous et bienvenue pour la suite et fin du tutorial de « rematérialisation » de vos jeux retro.
Si vous avez loupé la première étape, rendez-vous à cette addresse.

 

DÉCOUPE ET ET PLIAGE

Pour assembler votre boîte, il vous faut les fournitures suivantes :
– 1 règle
– 1 Cutter (avec plusieurs lames neuves)
– 1 paire de ciseaux
– 1 couteau à bout arrondi
– Des petits blocs de polystyrène
– De la patience

IMG_8999Avant de commencer les découpes, il faut « rainurer » les parties qui seront pliées.

Qu’est-ce le « rainurage »?
Pour permettre un pli propre et bien droit sans « casser » le papier, positionnez votre règle sur parties à plier en vous aidant des repères que vous avez ajoutés avec votre logiciel de retouches. Puis, avec le dos de votre couteau à bords arrondis, passez plusieurs fois pour créer un sillon. Le pliage sera très souple, facile et propre.

IMG_9000

Vos rainures maintenant faites, utilisez votre cutter pour découper les parties blanches de la boîte.

Important : Essayez le plus possible de couper les éléments vers l’extérieur de la boîte, car si par mégarde vous avez le malheur de ripper, vous n’abîmerez pas la reproduction. et n’hésitez pas à régulièrement changer les lames du cutter pour une coupe parfaite.

IMG_9005

IMG_9004

 

Astuce de tonton Mikado : Laissez un peu plus de « blanc » sur la partie qui va être assemblée pour permettre de couvrir une plus grande partie de l’assemblage.

IMG_9006

 

Pour les parties arrondies (qui permettront d’assembler la boîte sans colle, ils sont géniaux chez Nintendo), je vous conseille l’usage des ciseaux.

IMG_9008

 

Une fois toutes les coupes terminées, pliez les parties rainurées et passez votre pouce pour donner à la boîte sa forme finale.

IMG_9009

 Votre boîte est prête à être assemblée.

 

L’ASSEMBLAGE

L’assemblage étant la partie la plus délicate, nous allons nous concentrer sur la partie recto de la boîte (la partie droite) pour des raisons d’esthétique.

IMG_9011

Collez 2 petits bouts d”adhésif aux 2 extrémités pour maintenir la boîte.

ATTENTION : Si vous n’avez pas plastifié la boite, utilisez un adhésif fin très facile a retirer, sous peine de déchirer le papier.

IMG_9013

A l’intérieur de la boîte, passez de la colle bâton sur les 2 points de reliures puis assemblez-les fermement.

IMG_9014

Ajoutez une longueur de Scotch pour consolider.

IMG_9015

Enlevez ensuite les 2 points de ruban adhésif de la partie recto, et passez votre doigt pour renforcer l’adhérence de la colle

IMG_9016

Posez une pile de livres sur la boîte et laissez sécher au moins 1 heure.

IMG_9017

Note : si vous avez eu la chance d’imprimer au format A3, cette étape est supprimée.

Appliquez les derniers points de colle et assemblez immédiatement les éléments. Passez également votre doigt pour bien fixer la colle. Attention ce second point de colle a tendance à se décoller. Ne pas hésiter à revenir plusieurs fois passer votre doigt.

IMG_9019

Vous pouvez également appliquer du Scotch transparent (à évidement retirer dès que la boite est bien collée) pour maintenir les parties assemblées le temps du séchage.

IMG_9018

Astuce : si vous avez des feutres de la couleur de votre boite, faites un petit passage pour masquer le blanc de la reliure.

IMG_9024

Les cales

Pour les boites Nes, récupérez du Polystyrène et découpez aux ciseaux 20 cm de large x 4 cm de haut. L’épaisseur ne doit pas dépasser les 1,5 cm.

IMG_9026

IMG_9027

Concernant les boites Snes, et la famille Game boy, j’ai opté pour des cales toutes faites que j’ai trouvé à 1euro pièce.

IMG_9028

Félicitations !
Vous avez votre jeu complet (ou presque)pour un coût très faible

IMG_9039

IMG_9041

IMG_9043

IMG_9044

IMG_9046

Pour vous remercier d’avoir parcouru ce tutorial, j’ai le plaisir d’organiser un petit concours :

« Gagnez la boîte de votre jeu en loose ».

Pour participer, rien de plus simple, il vous suffit de poster dans les commentaires la boîte du jeu de votre choix (Et puis soyons fou, nous faire un peu de pub sur les réseaux sociaux @mikadotwix).

Tirage au sort le 15 août 2015.

JeuxRares

Ban_Boite

Bonjour à tous ! Après mon tutoriel sur la restauration de vignettes Game Boy  j’ai le plaisir de vous faire partager mes recherches concernant la « rematérialisation » des boîtes de jeux rétro.

Sans rentrer dans le 3615 JeRaconteMaVie, Mikadette a très récemment découvert Zelda : A Link to the Past et a eu LA révélation : CE JEU EST GÉNIAL, il est « à l’ancienne ». Pour la petite anecdote (© Mikadotwix), elle a tellement adoré qu’elle s’est fait un devoir de le plier à 100% (vive les p’tits gorneaux). Bref ! Tout ça pour l’informer qu’il existait un super Zelda à l’ancienne répondant au doux nom de « Zelda, The Minish Cap ».

The_Legend_of_Zelda_The_Minish_Cap-fondNi une ! ni deux ! je me suis mis en quête de mon/son nouveau Graal, avec pour but de le trouver à « Tarifs Mikado ». Je vais être très honnête, en dessous de 15 euros en loose, c’est tout simplement mission impossible et encore moins en boîte, sauf si vous estimez qu’un montant à presque 3 chiffres vous semble correct. Ce qui n’est pas mon cas…

J’ai pas de boîte? pô graaave !!! je vais la faire moi même.

C’est précisément cela que je vais vous expliquer dans les moindres détails.

Je vais une nouvelle fois leur faire de la pub, mais j’ai naturellement téléchargé le gabarit sur le site de NintAndbox qui ô bonheur, propose des scans en HD et surtout en format A4 ET A3 (Le A3 étant le top du top pour avoir un point de collage en moins, mais j’y reviendrai plus tard).

Ce tutoriel se découpera en 2 parties :

Partie 1 : L’impression et La plastification (Étape facultative)
Partie 2 : La découpe, le pliage et l’assemblage

L’IMPRESSION

Pour ce tutoriel, il vous faut :

1 ordinateur
1 logiciel de retouche d’images
1 lien en favori vers nintAndbox
1 imprimante
1 colle en bombe
Du papier blanc A4 120g/m2
Du papier canson A4 224g/m2

Mon imprimante allant jusqu’au A4, ce tutoriel tournera autour de ce format.

Dans mes premiers essais, avant de m’engager dans une telle entreprise, j’ai tout simplement imprimé ce que l’on appelle dans le jargon de la presse « une maquette en blanc ». Il s’agit pour ce cas d’imprimer le gabarit sur un papier brouillon (du 80g/m2 par exemple), et de tout simplement le découper et de le scotcher pour, dans un premier temps, se faire une bonne idée de la difficulté à réaliser la petite boîte.

Zelda_Blanc

A ma grande surprise les designers de chez Nintendo ont vraiment bien pensé la chose, car l’assemblage est réellement très simple, et la tenue -pour du papier brouillon- est plutôt bonne.

Après une inscription sur nintAndbox, téléchargez la boîte de votre jeu adoré, puis ouvrez les 2 fichiers dans votre logiciel de retouche d’images (ici photoshop)

Ajoutez au moins 2 cm de surface de travail. Image >Taille de la zone de travail

Les traits bleu turquoise représentent les repères qui serviront a plier la boîte. Pas d’inquiétude, ils ne seront pas présents sur votre impression. Néanmoins, je vous conseille de rajouter de véritables traits de repères d’un pixel d’épaisseur, qui seront imprimés pour vous aider à la coupe et au pliage.

ouvertureToshop

Vos documents sont prêts à être imprimés.

Je possède une imprimante HP Photosmart 8150 qui très honnêtement est plutôt moyenne gamme. J’ai vraiment essayé mille et une façons d’imprimer et je trouvais que le résultat était très médiocre. Pour vous donner une petite idée, les noirs donnaient un rendu presque marron. Aucune profondeur et de plus l’image se « bouchait » (mauvaise démarcation des couleurs).

IMG_8945

Puis l’étincelle. Par défaut quand je souhaite imprimer un document, j’exporte toujours le fichier en PDF, sauf que mon réglage « d’imprimerie » est une conversion en CMJN (pour Cyan Magenta Jaune, Noir) en haute résolution. Hors, pour les imprimantes personnelles, il faut obligatoirement imprimer en RVB (Pour Rouge Vert, Bleu) qui est en gros le type de cartouches utilisées par mon imprimante. Encore une fois chaque imprimante a ses spécificités.

Le papier 120g/m2 à l’avantage d’être moins épais qu’un papier photo et surtout il a la spécificité de bien « absorber » les couleurs sans qu’il ne gondole ou ne « gaufre ».

Il est extrêmement important de lui indiquer que le papier est du « Jet d’encre » et non « Photo », sous peine d’avoir un rendu très médiocre.

Ici on peux se rendre compte du rendu de l’impression sur la jaquette que j’ai customisé de “Hitman Collection” sur PS3 (Petite dédicace au Panda au passage).

IMG_8950

Attaquons-nous maintenant au collage des documents. Mettez de la colle en bombe sur le verso de la feuille puis collez-la immédiatement sur le papier Canson, ensuite avec la paume de votre main, aplatissez la feuille de l’intérieur vers l’extérieur du document pour supprimer d’éventuelles bulles d’airs et pour bien l’aplatir…

Il n’est pas nécessaire d’être parfaitement bien calé car de toute manière vous aurez énormément de chutes de papier. Attention, vous n’avez droit qu’a un seul essai, la colle fixant immédiatement les documents.

Je vous déconseille la colle bâton, car au delà d’une adhérence moyenne, vous aurez probablement des surépaisseurs qui seront disgracieuses.

cancon

Le papier Canson a la particularité de bien solidifier et de rigidifier la boîte pour lui donner le même touché que les boîtes originales.

 

LA PLASTIFICATION (étape facultative)

La plastification a 2 avantages :
Bien rehausser le rendu des couleurs en lui donnant de la brillance
Rigidifier la boîte pour une meilleure tenue finale.

Pour cela il vous faut :
1 plastifieuse (j’ai acheté la mienne chez Auchan pour 10 euros)
Des feuilles à plastification
1 un cutter et ciseaux

Le problème avec l’impression A4, c’est qu’un point d’assemblage et de colle sera nécessaire et surtout que nous aurons une sur-épaisseur. Si vous le pouvez, imprimez sur du format A3.

Une feuille plastifiée, ne peut pas se coller avec un autre document plastifié, cela n’adhère absolument pas et de plus l’épaisseur et très disgracieuse. Il faut donc absolument poser la feuille plastique que vous aurez au préalable séparée en 2 au niveau de la pliure de la boîte. Ici, les guides que vous avez ajoutés vous aideront grandement à parfaitement ajuster le plastique.

IMG_8968

Ce tutoriel est valable pour les boites Super Nintendo et Nes. Pour les boites Gameboy jusqu’à GBA, la démarche un peu différente, est expliquée plus bas.

Bien évidement il faut découper une bonne longueur du plastique qui ne dois pas dépasser 21 cm (Le format A4) de large car le c’est la largeur maximale du « four » de la plastifieuse.

IMG_8972

Passez une 1ère fois le document au four, découpez un peu de « blanc » autour puis faites un second passage. Enfin, dès la sortie du rouleau posez les documents encore chauds 5 à 10 minutes sous 1 pile de livres pour bien les aplatir (la feuille chauffée a tendance a s’arrondir). Vos 2 documents ne demandent plus qu’à être découpés et assemblés.

Pour les boîtes Game Boy (Jusqu’à la GBA), la démarche est un peu différente, puisque la surface totale de la boîte est plus petite qu’une feuille A4.

Nous allons donc plastifier la boîte en une seule étape.

Commencez par couper avec votre règle et cutter le bord gauche du verso de la boîte. C’est primordial car l’assemblage final se fera au dos de la boîte (pour des raisons purement esthétiques).

IMG_8977

Découpez le blanc de la partie droite du recto en laissant environ 2 cm entre le bord droit du dessin et la surface de reliure (cela couvrira une plus grande surface d’assemblage).

IMG_8980

Présentez les 2 feuilles en vous aidant des repères précédemment ajoutés.

IMG_8981

Apposez 2 points de Scotch en haut et en bas pour maintenir la boîte.

IMG_8984

Pliez la reliure et mettez de la colle bâton sur les parties à relier, puis assemblez fermement en faisant bien glisser votre doigt sur la longueur du point de colle (vous pouvez également utiliser un objet à bord arrondi pour une meilleures adhérence).

IMG_8987Mettez à plat votre boîte sous une pile de livres 30 minutes, le temps que la colle sèche.

Dégrossissez le blanc aux ciseaux pour réduire la largeur du document (21 cm largeur Max) et posez la feuille plastique au bord de la pliure de la boîte.

IMG_8994

Passez le document au four une première fois puis une seconde fois en inversant le sens.

IMG_8995

Puis posez immédiatement la boîte plastifiée sous une pile de livres 10 minutes.

Merci d’avoir parcouru la première partie de ce tutorial, à très vite pour la suite et fin avec la partie la plus délicate : « La découpe, le pliage et l’assemblage »

Tuto Mikado

Bonjour à tous,
Pour commencer a vous exposer mes différentes recherches concernant la restauration retrogaming en tout genre, je vais vous parler aujourd’hui de jaquettes Game Boy.

Comme vous avez pu le constater dans mon édito de Mai, j’ai récupéré un lot de jeux dans un état absolument épouvantable.

GB_Vue-Ensemble_new

Avant même de chercher à essayer de réimprimer des vignettes, il faut tout d’abord nettoyer les cartouches de toute trace de saleté, mais surtout retirer les vignettes abîmées.
Pour cela, j’utilise de l’alcool à brûler qui a la particularité de bien décaper SANS attaquer le vernis de la cartouche. Quand l’impression est épaisse, il ne faut pas hésiter à faire plusieurs passages.
Profitez-en au passage pour nettoyer les broches avec un coton-tige (les plats sont encore plus efficaces).
Attention, l’acétone est à bannir absolument sous peine de complètement détériorer votre jeu.

Gameboy_SansEtiquette_new

Nous allons nous concentrer sur le jeu « Daffy Duck, un trésor de canard » que j’ai bien évidemment trouvé en brocante.

daffy

Malheureusement, il n’est pas sur la base de données de Nintenbox (qu’une nouvelle fois je vous recommande). J’ai donc pris la lourde responsabilité de récréer de toute pièce cette vignette le plus fidèlement possible avec le peu d’éléments trouvés sur le net.

elementsDaffy_new

La tâche fut rude, mais avec les ciseaux et la colle virtuelle de Photoshop, on arrive parfois à faire des miracles.

Maintenant, question existentielle :

Comment imprimer le plus fidèlement
possible cette petite vignette ?

J’ai une imprimante, moyenne voir bas de gamme qui ne rend pas toujours honneur aux image affichées sur mon Mac. Comment faire pour la rendre légèrement brillante ?

Eurêka ! Je vais utiliser du vernis transparent « Cuisine et Salle de bain« .

Vernis

Vous riez déjà ? Et bien vous avez raison de vous moquer, la tenue du papier une fois sèche et très bonne en revanche quelle catastrophe sur les couleurs qui bavent copieusement et qui perdent de leur éclat.

Daffy_VernisCuisine4

Daffy_VernisCuisine6

Je n’allais quand même pas directement coller ces vignettes sans « brillant ». Oh que non ! Je trouve qu’il n’y a pas pire qu’une jaquette dégueu maison qu’une jaquette abîmée MAIS d’origine. Et puis, l’étincelle, « le Scotch transparent large ».

Au niveau de la largeur, c’est parfait. Il se plaque très bien et ne fait pas de bulles.

DafyDUCK_new

Le résultat est plutôt correct, mais je ne suis pas plus emballé que cela. Je trouve le rendu un peu terne.

Coup de hasard, au détour du rayon JV de mon Auchan local, je trouve en tête de gondole, une plastifieuse avec transparents pour 10 euros. Je travaille dans le domaine des arts graphiques depuis une bonne quinzaine d’années et à l’époque ce type d’outil était totalement inabordable. J’ai craqué sans hésiter.

Platifieuse

Pour limiter les chutes de « feuilles plastifiées », j’ai imprimé plusieurs vignettes différentes sur une feuille A4 en 120g/m² d’épaisseur (l’épaisseur standard est 80g/m²)

Gabarit_new

Dans mes lointains souvenirs, pour que la plastification soit efficace, il faut insérer la feuille dans la pochette plastique, puis la passer sous le rouleau. Pour les vignettes, c’est une mauvaise idée car nous aurions une surépaisseur et surtout il serait très difficile de faire adhérer le plastique sur la cartouche. J’ai donc tout simplement coupé le transparent en haut dans le sens de la largeur pour séparer les « feuilles » en deux. Je l’ai passé en machine sans aucune garanti de plastification. Non seulement le plastique adhère, mais le résultat est très satisfaisant sans toutefois donner l’illusion d’une vignette neuve. Car oui, paradoxalement, le résultat est « presque trop parfait ».

GameboyFinal_new

En revanche, à ce jour, je n’ai toujours pas réussi a découper proprement les coins arrondis.

coins_new

Un coup de colle Uhu piquée à mes enfants et le tour est joué 🙂

À très vite pour vous faire partager mes recherches sur les boîtes de jeux.

grand-retro-mika

Nous en parlons régulièrement dans nos podcasts, nous aimons jouer à nos vieux jeux vidéo, et nous aimons également l’objet.
Malheureusement c’est aujourd’hui une réalité, il est extrêmement difficile de trouver des jeux complets et surtout a un prix décent.

À titre personnel, j’adore posséder l’objet, pas du tout dans l’esprit « regarde, j’ai la plus grosse, j’ai un Megaman X ultra rare de la mort qui tue », mais vraiment dans la mentalité de contempler l’objet et surtout de le partager avec des amis quand j’ai le plaisir de les recevoir.
J’ai toujours un petit sourire en coin quand un convive rentre dans ma Gaming Room, la chambre d’ami, et instantanément replonge dans sa jeunesse parce qu’il vient d’apercevoir un objet qui l’avait profondément marqué.

À La Caz’ Retro, notre Subby national s’est spécialisé dans la « remasterisation » de boîtes Super Nintendo (oui parce que je vois déjà le Professeur Oz râler qu’acheter un jeu Mega Drive en loose devrait être interdit par la convention de Genève), et franchement, le résultat est quasi imperfectible. Et moi, peut-être le savez-vous, mais mon plaisir caché est de faire des vrai-faux livrets  ou bien de restaurer les vignettes des jeux Game Boy quand celles-ci sont réellement abîmées.

GB_Vue-Ensemble

GB_Abimemontage_

En me rendant sur le site Nintenbox, j’ai non seulement trouvé mon bonheur sur les vignettes Game Boy, mais le plus hallucinant, c’est que des scans de boîtes en haute résolution y sont également disponibles.

L’étincelle du « chic, je vais pouvoir donner une seconde jeunesse à mes jeux en loose » venait de monter jusqu’à mon cerveau.

Seulement voilà, vouloir imprimer une boîte, c’est plutôt noble quand on aime le retrogaming, le faire c’est une autre aventure. Surtout, réussir à en imprimer une sans avoir l’impression que l’on vient de faire une vilaine copie chinoise, c’est quasiment mission impossible.

Ou pas …

Ce que je vous propose donc, c’est de vous poster mes différentes recherches et résultats durant tout ce mois et, pourquoi pas, vous proposer des tutoriels. Si vous êtes sages, il n’est pas impossible que je propose un petit concours « Commandez vos boîtes rétro sur mesure ».

 

Si vous êtes un minimum au fait de l’actualité vidéoludique, vous n’êtes pas sans savoir que très récemment est sorti l’ouvrage Hyrule Historia. Ce livre dédié à la saga Legend of Zelda est déjà présenté par ceux qui ont eu la chance de se le procurer comme une véritable bible. D’abord disponible au Japon, puis en langue anglaise, nous pauvres francophones devront attendre l’été 2013 pour le voir traduit dans la langue de Rayman (par les bons soins de Florent Gorges) aux éditions Soleil Manga.

Evidemment, il n’aura pas fallu patienter très longtemps pour voir pointer la moindre info sur divers sites anglophones. Une des rumeurs les plus fameuses apparues dernièrement sur la toile concerne l’épisode Gameboy des aventures de Link (auquel nous avons déjà consacré une émission). Si le livre semble malheureusement s’arrêter très peu sur l’épisode monochrome de la série, une page en particulier retient l’attention. Exposant plusieurs documents design issus du développement du jeu, en marge de l’un d’entre eux est inscrit :

« PROBLEM : What’re we gonna do about 1P mode? »

En clair « qu’allons-nous faire du mode un joueur ? »

Neuf ans avant Four Swords sur Gameboy Advance, les équipes de Nintendo auraient-elle déjà imaginé plusieurs joueurs parcourir en même temps les mondes de Zelda ? L’écran monochrome de la portable aurait-il fini d’achever cette idée, empêchant de différencier clairement les différents « Link » ? ça n’est évidemment qu’une rumeur et il y a peu de chance que Nintendo ne lève le voile un jour. N’empêche, on se prend à rêver de parcourir  un jour l’île Cocolint avec un ami … Sûrement encore un tour du Poisson Rêve !

Source :  ScrewAttack

Revenir en haut