La Retro de Février par Mehdi de Third Editions

La Retro de Février par Mehdi de Third Editions

Pour cette année 2015, l’un de nos voeux est de poursuivre et de prolonger les échanges avec d’autres amateurs de jeu vidéo et, plus particulièrement de retrogaming. Que ce soit par le biais de participation à nos émissions ou en ouvrant nos colonnes à d’autres intervenants. Nous sommes donc très heureux d’avoir vu Medhi El Kanafi des toutes jeunes Third Éditions accepter de se prêter à l’exercice de la rétro du mois. Place est donc faite à quelqu’un aussi habitué à manipuler le pad que la plume.

Le Retrogaming autrement

Quand je souhaite me replonger dans un vieux titre, je ne joue pas, je lis ; je ne sors pas une manette, mais un magazine. En effet, ce que je préfère, pour découvrir ou redécouvir un jeu ancien, c’est lire : des articles, des tests, des dossiers — j’ingurgite ainsi tout ce qui peut me renseigner à son sujet. Cette pratique, que l’on pourrait qualifier d’« étrange », s’applique aussi à des jeux auxquels je ne me suis pas essayé à l’époque. Dans la circonstance, la nostalgie ne devrait pas faire son effet… Et pourtant… Le retrogaming, c’est plus qu’une console, une cartouche et un pad, c’est toute une époque ! Prendre connaissance d’un jeu par la lecture représente pour moi une véritable découverte — d’une œuvre, mais aussi d’un contexte économique et culturel. Des informations qui ne se laissent guère appréhender par le seul prisme du jeu.

Cette amour que j’ai avec la lecture consacrée au jeu vidéo, je l’entretiens depuis toujours. Avec Nico, mon ami d’enfance et aujourd’hui associé, nous nous levions très tôt pour enfourcher nos vélos et aller acheter nos magazines spécialisés. Toutes les fins de mois, le rituel se répétait, et cela plusieurs jours de suite. Nous étions adolescents et déjà passionnés par ces textes. Par substitution, nous jouions aux titres présentés au sein des colonnes des magazines, et sans les cartouches, nous nous forgions déjà une culture du jeu vidéo. Cette relation à la presse, nous l’avons, je pense, tous eue. Notre cas n’est pas une anomalie. À treize ans, nous n’avions, comme beaucoup, pas les fonds pour acheter plusieurs jeux par an. Néanmoins, il nous fallait étancher notre soif vidéoludique. Internet n’étant pas ce qu’il est aujourd’hui, c’est à travers les phrases et l’expérience des journalistes spécialisés que nous vivions notre passion : un constat qui nous permet de saisir pourquoi le statut de journaliste jouit d’un si grand prestige auprès des joueurs, pourquoi on constate une telle admiration à l’égard de ce corps de métier et de ceux qui le pratiquent au quotidien.

À ce jour encore, la lecture me fait revivre de grandes épopées ludiques à travers des livres et non plus seulement des magazines. Le format court des tests (papier ou Internet) limite la projection que les mots nous permettent de faire. Les sagas devenant sans cesse plus riches il fallait que les récits sur le jeu vidéo s’étendent sur un bien plus grand nombre de pages pour stimuler notre imaginaire. Alors, pour satisfaire notre propre appétit de « littérature » spécialisée, Nico et moi avons décidé de partir à l’aventure. Avec un magazine tout d’abord, Console Syndrome, puis une maison d’édition du même nom. Au cours de ces quatre ans, chez CS, puis Pix’n Love, et aujourd’hui Third Éditions, nous avons eu à cœur de retranscrire au mieux par des phrases ce qu’un jeu vidéo peut offrir par son gameplay. L’entreprise est difficile, pour ne pas dire impossible ; cependant, raconter dans un livre les coulisses de la création d’une saga, puis en développer l’univers et enfin analyser les rouages de ses systèmes nous fait éprouver à nouveau des émotions liées directement aux jeux. L’imaginaire et les souvenirs sont hautement sollicités, car pour certains de nos ouvrages, nous avons fait le pari de ne pas inclure de visuels. Pour être tout à fait sincère, ce « choix », à l’origine, n’en était pas vraiment un, puisque résultant de contraintes de droit à l’image. Toutefois, nombre de lecteurs nous avouent apprécier ce qui entre-temps est devenu une prise de position. En l’absence de repères visuels venant « parasiter » la lecture, l’attention se porte uniquement sur le texte, nous faisant par voie de conséquence voyager davantage dans notre imaginaire. Un peu à l’image de nos cinq sens : si nous nous voyons amputer de l’un d’eux, les quatre restants fonctionneront de façon plus intensive afin de pallier ce manque.

Je n’apprendrai rien aux lecteurs de La Caz’Retro en disant que le retrogaming représente bien plus qu’une mode. L’édito d’Achille Micral l’a très bien exposé, d’ailleurs. Avec Third Éditions, nous essayons à notre mesure d’alimenter de différentes manières ce mouvement si vaste. Par nos ouvrages, nous souhaitons apporter notre contribution à la conservation du patrimoine du jeu vidéo, mais nous désirons aussi faire simplement plaisir aux lecteurs, en leur rappelant de bons souvenirs ou en leur offrant des informations supplémentaires sur les séries de jeux qu’ils affectionnent. Pour nous, lire c’est aussi jouer !

Mehdi

1 commentaire

  1. Louis de Montalte dit :

    Lire, c’est jouer en effet; quand le contenu du texte est ludique également…

Laisser un commentaire

Revenir en haut