Le jeu vidéo fait son entrée au MoMA de New York

Le jeu vidéo fait son entrée au MoMA de New York

Le jeu vidéo est-il un art ? Si je me garderai bien de donner mon avis sur cette question qui se pose depuis que le jeu vidéo joue des épaules avec le cinéma et la musique, le Museum of Modern Art (MoMA pour les intimes) de New York a décidé d’y répondre à sa manière en ouvrant ses portes à quelques-uns des plus ingénieux représentants de notre loisir préféré.

C’est très récemment, le 29 novembre pour être précis, que Paola Antonelli, directrice du département « Architecture et Design » du musée, a annoncé l’acquisition de quatorze jeux d’époques diverses sur une quarantaine de titres espérée dans un futur proche. Convaincue que, par leurs histoires, leurs musiques, leurs mécaniques de jeu, voire même l’élégance de leur code de programmation, les jeux vidéo représentaient une forme d’art, la conservatrice appuie également ce choix sur une volonté de conservation et de préservation de titres de plus en plus difficiles à pratiquer sur leur support d’origine. Emboîtant le pas à l’exposition Game Story de l’association MO5.com s’étant tenue il y a maintenant un an au Grand Palais à Paris,  le MoMA accueillera donc dès mars 2013 les jeux suivants :

  • vib-ribbon, tout à fait le genre de jeu « à part » qui mérite sa place dans un musée.

    Pac-Man (1980)

  • Tetris (1984)
  • Another World (1991)
  • Myst (1993)
  • SimCity 2000 (1994)
  • vib-ribbon (1999)
  • the Sims (2000)
  • Katamari Damacy (2004)
  • Eve Online (2003)
  • Dwarf Fortress (2006)
  • Portal (2007)
  • flOw (2006)
  • Passage (2008)
  • Canabalt (2009)

Si vous ne connaissez pas Passage de Jason Rohrer, je me demande ce que vous faites encore à lire cet article.

Proposant les plateformes originales des titres présentés afin de permettre aux visiteurs de jouer dans les conditions d’époques, tout en assurant le bon fonctionnement et la sécurité des-dites machines, le Musée a également fait l’acquisition des codes source des jeux présentés. Toujours dans un soucis de conservation, mais aussi avec l’intention de les adapter aux nouvelles technologies afin de transmettre cet héritage aux générations futures sur des supports moins archaïques. Et quand on voit la liste des prochains jeux  qui devraient faire leur entrée au MoMA, on se dit que les conservateurs n’ont pas choisi la facilité :

Spacewar! (1962), une compilation de jeux de la console Magnavox Odyssey (1972), Pong (1972), Snake (dont le design original remonte aux années 70 pour un titre qui connut un grand succès sur les téléphones Nokia à partir de 1997), Space Invaders (1978), Asteroids (1979), Zork (1979), Tempest (1981), Donkey Kong (1981), Yars’ Revenge (1982), M.U.L.E. (1983), Core War (1984), Marble Madness (1984), Super Mario Bros. (1985), The Legend of Zelda (1986), NetHack (1987), Street Fighter II (1991), Chrono Trigger(1995), Super Mario 64 (1996), Grim Fandango (1998), Animal Crossing (2001), et Minecraft (2011)

Une liste hétéroclite et de qualité qui témoigne du sérieux et l’implication d’une telle démarche. On attend avec impatience que d’autres musées fassent preuve de la même ouverture d’esprit.

 

1 commentaire

  1. El Penguinno dit :

    Une très bonne initiative, doublée d’une approche sur le long terme avec le rachat des codes sources car si le top est de consommer les jeux sur leur plateforme par défaut, les dites plateformes ne sont pas forcément étenelles.

    Y a pas en quelques années le jeu-video a dépasser le simple statut de jeu pour enfant, pour rejoindre les arts classiques au même niveau

Laisser un commentaire

Revenir en haut