Articles, Rétro du Mois » La Retro de Mars par Dopamine

retro_03-2017

Il est des moments dans une vie où il faut parfois faire une pause. Je suis récemment arrivé à l’un de ces moments. Et puis, de la même manière que certaines portes se ferment, d’autres s’ouvrent. Mais tout cela reste toujours en lien avec le rétrogaming et l’histoire du jeu vidéo. Voici une tranche de l’un de ces moments et si vous suivez un tout petit peu mes pérégrinations, vous en aurez deviné le sujet. On va parler musée.

PANNE D’INSPIRATION

Ces derniers mois, j’ai été assez peu inspiré et mon activité s’est réduite concernant la sphère du jeu vidéo. L’arrêt du blog que j’animais sur Rue89 y est sans doute pour beaucoup. Une page s’est tournée. Il est étonnant de voir à quel point les portes se sont fermées dans cette sphère lorsque j’ai mis en pause ces écritures.

Il a fallu reprendre mon souffle, et consacrer aussi beaucoup de temps à ma famille et à mes amis. Mais bien que les jeux vidéo aient toujours fait partie de ma vie et de mes activités, plus d’inspiration. Plus d’envie d’écrire sur le sujet. J’ai continué à suivre l’actualité et à lire des choses (le transhumanisme est à ce titre passionnant) mais tout cela était devenu fade. Il faut dire que j’ai longtemps maintenu une activité très (trop ?) intense sur ce média.

Mais assez d’états d’âme. Il était cependant nécessaire que je revienne sur mon état d’esprit du moment avant de pouvoir développer les propos qui vont suivre.

UN MUSÉE DANS MON JARDIN

C’est un collègue du journal régional pour lequel je pige de temps en temps qui m’a mis au courant du projet qui motive le billet de ce mois. “Un musée du jeu vidéo va s’ouvrir près de Strasbourg”. Il va même s’ouvrir à 500 mètres de chez moi. J’attrape mon appareil photo et je le rejoins pour une séance découverte de locaux qui commencent tout juste à être réhabilités pour accueillir la collection.

DSC_4965

De pièce en pièce, je découvre un espace qui a du caractère, mais qui va demander beaucoup de travail. “On cherche des bras pour nous filer un coup de main” m’annonce Mathieu Bernhardt le régisseur du musée.

C’est ainsi que j’ai commencé un boulot de peintre à recouvrir des couleurs qui devaient dater des années 80, à faire de l’enduit et à poncer des murs. Je me suis transformé en bricolo boy (si vous suivez le blog, vous savez que j’aime bidouiller démonter et réparer) pour fixer des stores, démonter et remonter des bornes de démonstration bref, résoudre des problèmes si je le pouvais. Et des problèmes, il y en a eu des dizaines que les bénévoles ont dû résoudre un par un.

J’ai été halluciné de voir la somme de travail qui avait été abattue par un si petit nombre. Surtout dans la mesure où j’ai conscience que je ne vois que la dernière ligne droite du projet. Comment ne pas y adhérer et apporter toute l’aide possible ? Chacun dans son domaine de compétence a pu apporter des éléments qui ont fait avancer les choses. J’ai appris à connaître des gens passionnés mais qui avaient la tête sur les épaules. Ils ont aussi appris à m’accepter et de cela je ne les remercierai jamais assez.

LE PLAISIR DE TRANSMETTRE

Aussi lors des premières journées d’ouverture j’ai pris un plaisir énorme à les regarder. Les regarder sourire en voyant les réactions du public. Des visages qui s’illuminaient presque timidement, mais avec une spontanéité qui faisait plaisir à voir. Un bonheur modeste, mais d’une franchise indiscutable. Il faut dire que le stress induit par les délais à tenir et la réaction du public était à son paroxysme. Les nuits de sommeil étaient courtes et agitées.

DSC_4980

Lorsque les premières armoires ont commencé à se remplir j’ai découvert des consoles que je connaissais, mais aussi une somme de curiosités incroyables. Et il n’était pas seulement question d’admirer une collection impressionnante par sa taille, mais aussi d’en savoir plus et d’en apprendre plus. J’avais déjà vu passer le nom de la Société Occitane d’Electronique (qui sonne de façon amusante SOE comme feu Sony Online Entertainment :) ), mais j’ignore presque tout de ses origines et des gens qui ont conçu ses designs.

J’en ai évidemment appris plus grâce à Jérôme, Charley et les autres, et je vais encore en apprendre, mais on touche ici à une notion qui concerne ce que nous faisons à LaCaz : la transmission. Pas juste celle qui concerne les éléments techniques et historiques du jeu vidéo, mais aussi les émotions que cela génère.

CE N’EST PAS UN MUSÉE !

Étant partie prenante du projet je manque sans doute d’objectivité. C’est pourquoi j’ai été à la fois surpris et sensiblement irrité qu’on puisse nier le statut de musée au Pixel Museum. Après l’ouverture, certains affirmaient que ce n’était qu’une exposition temporaire. De plus, deux figures que j’ai en haute estime (Jean Zeid et Jean François Morisse) semblent être de cet avis.

J’ai donc vérifié tout d’abord la définition que l’on pouvait donner à un musée (en buvant de la tisane). Je suis rapidement tombé sur la première référence que Google met en avant, celle du conseil international des musées.

“Un musée est une institution permanente sans but lucratif au service de la société et de son développement ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d’études, d’éducation et de délectation.

Cette définition fait référence dans la communauté internationale.”

Le Pixel Museum est une entité privée, mais sans but lucratif. Elle a déjà investi 1,6 million dans la création du projet. Le prix du billet d’entrée pour un adulte (9€) a surpris les premiers visiteurs. A ce jour, le Pixel Museum ne bénéficie d’aucune subvention directe il faut donc bien que de l’argent entre dans les caisses pour payer les charges et les locaux. Si ces derniers sont mis à disposition pendant la première année, ils ne sont pas gratuits (le bail est prévu sur 10 ans). Vous payez un loyer et le musée devra également le faire ! Ceci dit, après une visite qui dure entre une et deux heures selon le temps passé devant les vitrines ou à jouer, tous les visiteurs ont reconnu que pour une place de cinéma le prix était finalement justifié.

DSC_5023

Je ne doute pas que de nouvelles acquisitions vont venir enrichir la collection qui va sans cesse évoluer. Je ne doute pas non plus que nous allons encore apprendre des choses en faisant des recherches sur les divers modèles qui doivent encore révéler leurs secrets. Évidement, le musée n’est pas parfait et ne peut être totalement exhaustif sur la surface qu’il propose. La partie micro informatique a dû se plier à des choix cornéliens sur certains espaces déjà bien chargés.

Je passe sur les autres paramètres de la définition qui me semblent évidents pour revenir sur une chose qu’on ne retrouve effectivement pas dans les autres musées ; la résurgence de souvenirs.

C’est ici que l’existence d’un tel billet sur les pages de LaCazRetro prend tout son sens. Nous mettons toujours un point d’honneur à vous parler de nos souvenirs, de nos ressentis, de nos expériences lorsque nous parlons de jeux. Chacun possède son contexte et une époque spécifique dans laquelle il est lié. Les sourires des bénévoles qui se sont impliqués prenaient leurs origines dans ces souvenirs.

C’EST UNE MACHINE À SOUVENIRS

Alors finalement peu importe qu’on lui accorde ou non le statut de musée. En ce qui me concerne le choix est clair et en dehors de considérations de taille et de nombre de pièces exposées.

Le Pixel Museum, c’est surtout une machine à souvenirs qui s’articule autour du jeu vidéo. J’ai vu des parents qui venaient uniquement pour leurs enfants et qui s’étaient quand même amusés de revoir un “minitel”. J’ai vu des grands parents qui avaient compris que le jeu vidéo ce n’était pas juste des jeux violents. J’ai vu des collectionneurs qui croyaient l’être et qui se sont définis ensuite comme des “petits joueurs” (ce sont leurs propos). J’ai vu des enfants s’amuser comme des fous sur des bornes d’arcade qu’ils n’auraient jamais vues autrement. Des papas et des mamans trop fières de montrer à leurs enfants quelles consoles ils avaient et de les voir s’amuser dessus.

Sous Sol

Et surtout, j’ai parlé, j’ai écouté, j’ai entendu des choses qui se passent à chaque podcast de LaCaz. Un partage de souvenirs, d’une ambiance, d’une époque. Rien qui soit sclérosé et seulement ancré dans le passé, car le jeu vidéo continue d’évoluer et le Pixel Museum aussi. Le rétrogaming est l’avenir des jeux nextgen. Le Pixel Museum donne justement envie de revenir à ces jeux de dernière génération. Parce qu’on y retrouve nos racines et que ce sont nos racines qui nous permettent de vivre et de grandir.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+
Dopamine Dopamine

Commentaires:

3 Commentaires

  1. Yetcha
    Yetcha 14/03/2017 at 14:01 - Répondre

    Salut Dopamine,
    Merci pour cette belle rétro, pleine de sincérité et de vérités comme les portes qui se ferment, le besoin de revenir vers sa famille et ses amis… Je ne savais pas que tu avais participé concrètement au Pixel Muséum. Je suis malheureusement un peu loin géographiquement de Strasbourg, mais à l’occasion je ne manquerais pas d’y aller faire un tour. Si les photos donnent parfois l’idée d’un cabinet de curiosité de la fin du XIXème siècle, l’offre (que je découvre sur le site internet) n’est clairement pas dans cette mouvance dépassée depuis longtemps. Pourtant certains musées français sont encore furieusement bloqués malgré leur appellation de « musée » ou « museum »! Les galeries d’anatomie comparée, de Minéralogie, de Paléontologie au MNHN (Museum National d’Histoire Naturelle) sont juste scandaleuses tant elles sont en retard sur les concepts anglophones (Natural History Museum de Londres, L’American Museum of Natural History de NY ou Le Smithsonian National Museum of Natural History de Washington DC), germaniques (Jura Museum de Eichstätt, Le Rijksmuseum d’Amsterdam), asiatiques (Le musée de terracotta de Xian, L’Ermitage à Saint-Pétersbourg) et d’autres latins également comme le Prado à Madrid. Bref, en dehors de rares musées français qui ont réussi à évoluer comme la Grande Galerie de l’Évolution à Paris ou Le musée des Confluences à Lyon pour ne citer qu’eux, je trouve que le Pixel Museum s’oriente clairement vers le modernisme. Les ateliers qui vont venir, la participation active du public, l’accueil d’expo temporaires, l’événementiel e-sport, la prise en compte de l’actualité et même la nécessité de faire rentre de l’argent avec les anniversaires qu’ils organisent. Le billet d’entrée à 9 euros ne me parait pas excessif et reste dans la norme des tarifs médians proposés en France. Je suis surpris que Jean Zeid et Jean-François Morisse pensent le concept presque voué à l’échec. Le point faible, c’est sûr, reste le sujet, les jeux vidéo n’attirent qu’une frange de la population, et pas forcément celle qui va le plus dans les musées. Cela peut avoir plusieurs répercussions, soit cela pousse les plus jeunes à venir et revenir dans les musées, soit cela ne va marcher qu’un temps bref et finir par couler par une baisse de fréquentation une fois ceux vraiment intéressés seront déjà venus. Une autre difficulté sera la localisation, il faudra nécessairement de la communication externe pour toucher les pays voisins puisque la position européenne assez centrale de Strasbourg est un point fort mais plutôt un point faible par rapport à cette même position pour le reste de la France. De toutes façons, il restera un pionnier, qu’il tienne ou non et ouvre la voie pour les suivants qui viendront, en France et à l’étranger. Cela permettra peut-être enfin de contribuer activement, espérons financièrement aussi, à la préservation du patrimoine vidéoludique en apportant une corde supplémentaire à la légitimité et la nécessité absolue de le restaurer, le préserver et le diffuser auprès du public. Le logo est génial alors longue vie au Pixel Museum, un musée à part entière et encore bravo pour cette rétro Dopamine.

  2. Nyamoru
    Nyamoru 18/03/2017 at 12:45 - Répondre

    Belle tranche de vie qui invite à réfléchir aux questions fondamentales lorsque l’on a une passion (toutes formes de passion).
    - Comment équilibrer ma (mes) passions avec le quotidien et mes relations ?
    - Comment réussir à faire le deuil du temps que j’avais lorsque j’étais ado ou étudiant que je n’ai plus aujourd’hui ?
    ou plus précisément sur le jeu vidéo :
    - Arriver à se dire que je ne pourrai pas faire tous les jeux qui pourraient m’intéresser, sélectionner et privilégier la qualité à la quantité.

  3. Flipounet 18/03/2017 at 20:34 - Répondre

    Malheureusement trop loin de Strasbourg car il y a toujours quelque chose à y découvrir.
    Le tarif est très raisonnable, souhaitons-leur de continuer le plus longtemps possible !

Laisser un Commentaire