Émissions, Podcasts » Épisode #62 : Pilotwings

Aujourd’hui nous vous présentons notre  soixante deuxième Podcast de La Caz’ Retro,  nous allons parler de Pilotwings !

Cette semaine, c’est Glandouf et Oursique qui ont trouvé le sujet de l’émission, en effet l’énigme représentait un dragon et une mouche dans une salle de classe, dragon + fly (mouche en anglais) et bien sûr la classe pour représenter les cours d’aviation dans le jeu.

Dragonfly est le prototype de Pilotwings présenté à la presse en 1988-89 avec la Super Famicom, vous pouvez retrouver les screens d’époque plus bas dans cet article.

 .

AVEC

            160494

 .

 .Bonne Écoute à tous et n’hésitez pas à nous faire partager vos propres souvenirs !

 .

Pilotwings

Téléchargez le Podcast « Clic Droit Enregistrer Sous »

.

Téléchargez la Revue de Presse

(source : abandonware-magazine)

.

BONUS ANECDOTES

CLIQUEZ SUR L’IMAGE POUR LANCER LE DIAPORAMA

Pilotwings

Source 1 / Source 2

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+
La Caz Retro La Caz Retro

La Rédaction

Commentaires:

21 Commentaires

  1. Oursique
    oursique 13/01/2015 at 11:31 - Répondre

    Trouvé, trouvé… vous avez carrément balancé la solution en montrant le terrain du jeu. :-)

    • Anfalmyr
      Anfalmyr 13/01/2015 at 11:39 - Répondre

      l’affiche teaser dévoile toujours le jeu abordé.

  2. Professeur Oz
    Professeur Oz 13/01/2015 at 20:14 - Répondre

    Pilotwings n’a pas attendu plusieurs années après sa sortie pour devenir creux. J’y ai joué au moment de la sortie de la Snes en France et c’était déjà bien naze hein, surtout quand le côté démo technique retombe vite comme un soufflé.
    Le jeu que les potes possesseurs de Snes adoraient lancer pour montrer le bouzin à leurs copains de passage et qu’on finissait par dégager au bout de 10 min devant l’absence de fun.
    Qui plus est, le mode 7, je peux comprendre que ça fonctionne à certains moments dans quelques jeux (comme Super Castlevania ou Super G&G par exemple), mais tout un jeu construit uniquement sur le mode 7, je me rappelle qu’on était plusieurs à trouver ça visuellement fatigant.

  3. Altec
    Altec 14/01/2015 at 14:54 - Répondre

    Très bon podcast comme d’hab, d’accord avec le prof Oz, je l’ai toujours trouvé naze même sur la vhs qui présentait le line avant la sortie de la super… du coup j’ai pas été surpris de voir mes potes le brader en moins d’une semaine !

  4. clockwork
    clockwork 14/01/2015 at 16:31 - Répondre

    Merci pour le podcast !

    De mon côté moi j’avais beaucoup aimé mais je n’y jouais que quelques minutes à la fois chez un ami !

  5. Flipounet 14/01/2015 at 18:04 - Répondre

    J’aime toujours Pilotwings, j’ai gardé ma cartouche Super Famicom de l’époque (je l’ai eu en même temps que la console été 1991). Ce jeu est toujours sympa à jouer alors certes j’aurais préféré d’avantage de missions mais il y a toujours la possibilité d’y rejouer pour améliorer ses scores.
    Il faut le voir comme un jeu encore proche des jeux NES où il y avait un paquet de jeux avec peu de contenu mais pour te faire passer la pilule on te disait de refaire le jeu pour améliorer ton score, enfin parfois on te disais rien tout court…

    La musique est minimaliste par contre les bruitages du vent et le fait de voler, j’ai toujours considéré ce jeu comme zen.

  6. onclebob
    onclebob 14/01/2015 at 18:36 - Répondre

    A cause de vous je cri « supaaaapoweerrrr » dans ma voiture…

    • Anfalmyr
      Anfalmyr 14/01/2015 at 22:38 - Répondre

      le complot est en marche :)

  7. Loupign
    Loupign 14/01/2015 at 19:07 - Répondre

    Apparemment, c’est un jeu qui divise !!

    • Professeur Oz
      Professeur Oz 14/01/2015 at 19:41 - Répondre

      la division par 0 n’existe pas !

  8. KimAndGumi 16/01/2015 at 23:05 - Répondre

    J’ai une relation particulière avec Pilotwings. Clairement nostalgique. Parce que je crois pas y avoir beaucoup joué étant jeune, en tout cas, je n’étais pas allez loin, mais on va dire que c’est la faute à ma version jap.
    Pas assez joué à la version 64, même si j’aurais du mal avec le design maintenant. Par contre, la version 3ds était sympa mais aussi courte que cette version snes. Enfin non plus longue, mais je l’ai très vite laché aussitôt l’or partout.

    Par contre, je suis un fan absolu de la musique de la version Snes, et c’est con, mais je rêve de faire une initiation au deltaplane avec la bande-son dans les oreilles.

    • Loupign
      Loupign 17/01/2015 at 09:29 - Répondre

      J’avoue avoir un peu de mal maintenant avec la zik du jeu mais comme tu le dis tout ça est de la nostalgie je pense. Heureux de voir qu’il y a d’autres connaisseurs de la version Jap :D

  9. Dragonman
    Dragonman 18/01/2015 at 18:55 - Répondre

    Très bon podcast, comme à votre habitude!

    J’ai découvert Pilotwings en fin de vie de la console à l’instar de Subby. Mais contrairement à ce dernier, j’ai apprécié le jeu.

    Effectivement, en 1996, difficile de dire que Pilotwings en mettait plein les yeux, mais j’ai surtout adoré l’ambiance et le côté unique que dégageait ce jeu. A mon sens, c’est toujours le seul jeu à proposer des simulations de la sorte. Le jeu proposait un véritable challenge, et j’ai vraiment de bon souvenir concernant la difficulté. Chaque licence était un véritable exploit (surtout lorsqu’il fallait réussir 4 missions), et peu de jeu demandent une véritable concentration pour ne pas se laisser submerger au moment de devoir réussir la dernière épreuve validant son ticket pour le niveau suivant. Comme il a été souligné, il n’était pas rare de réussir trois épreuves et de se vautrer lamentablement à la dernière (pour ma part le deltaplane), sous le coup du stress. Oui le stress, car s’il y a bien une chose que l’on ne peut pas reprocher à Pilotwings, c’est sa jouabilité! Les commandes, une fois maitrisées, répondent parfaitement. Il fallait cependant prendre son mal en patience, car la courbe d’apprentissage (bien atterrir demandait des jours de pratique) est énorme, et c’était bien là le propos du jeu, apprendre pour réussir.

    Seul bémol, les phases en hélicoptère, pseudo missions, qui pour moi étaient inutiles voire frustrantes de par leur difficulté sachant que jamais on ne s’entraine avec.
    . Mais les huit licences que comporte le jeu suffise grandement à vous emplir de joie. Et pour toutes les obtenir avec un score honorable, il faut savoir s’accrocher!

    Mon dernier défi sur ce jeu? il y a moins de 6 mois… réussir à atterrir avec le parachute sur toutes les plates formes mouvantes…

    Les versions suivantes (N64 et 3DS) m’ont déçues, plus belles certes, mais véritablement plus faciles aussi.

    • Anfalmyr
      Anfalmyr 18/01/2015 at 23:26 - Répondre

      et ce défi, tu l’as réussi? ^^

      • Dragonman
        Dragonman 19/01/2015 at 14:13 - Répondre

        Non, pas vraiment, je suis devenu dingue avant :D

  10. Nico 20/01/2015 at 00:26 - Répondre

    Perso j’avais adoré découvrir ce jeu étant gamin, et même maintenant c’est un de mes jeux préférés sur cette console. Autant des jeux comme Stunt Race FX ou Star Fox ont extremement mal veillis à cause de leur framerate pourri, autant Pilotwings non, il est très fluide, et son gameplay est toujours aussi bon, même si c’est simpliste. Cela dit, les critiques sur le manque de contenues sont pertinentes, c’est clair que le jeu aurait gagné à avoir plus de véhicules et plus de missions.

    Mais bon, je trouve qu’il faut quand même remettre les choses dans leurs contexte, c’est sur que de nos jours, avec les progrès qu’on a fait en 3D, c’est un jeu un peu archaïque, mais en 90-92, quand on passe de jeux NES ou Gameboy, à Pilotwings avec son gameplay fluide en 3D, c’était quand même super impressionnant. La plupart des jeux de l’époque était très simple aussi (j’avance, je saute, je tape), la plupart des jeux était extremement chiches en contenus aussi, mais c’était compensé par une difficulté très élevée (pour ne pas dire abérante car mal calibrée dans la plupart des cas).

    Enfin bref, Pilotwings, j’adore. Avec le recul, je trouve que le manque de contenu est plutôt une bonne chose. Contrairement à ce qui est dit dans le podcast, je trouve qu’un jeu court est bien plus rejouable qu’un jeu long. Combien de fois j’ai recommencé des jeux comme Mega Man, alors que les gros RPG de Squaresoft, je suis incapble de les recommencer vu qu’au début on se fait chier avec un perso pas foutu de se soigner, et les dialogues et les cinématiques interminables qu’on connait par coeur, c’est pas super rejouable. Alors qu’un jeu comme Pilotwings, je peux m’y replonger comme je veux sans soucis de me dire que je le lâcherai en pleins milieux. Cela dit, et au risque de me répéter, c’est vrai qu’un peu plus de missions n’auraient pas fait de mal.

    Après les gouts et les couleurs, cela dit, je trouve que vous vous attaquez surtout au côté archaïque et au manque de contenu qu’au gameplay à proprement parler, et si le jeu était si mauvais, vous n’auriez pas réclammer d’avantage de missions. Perso un jeu qui me gave, je ne prend pas la peine d’en voir le bout, et surtout je n’en reclamme pas d’avantage ;)

    Sur ce, vivement que je recoive ma New 3DS XL, afin d’avoir une bonne excuse pour replonger dans Pilotwings Ressort, qui lui aussi a un gameplay super chouette, mais qui manque cruelement de contenu (mais la pour le coup, c’est un jeu de 2011, et ca fait vraiment tâche). Pour revenir la dessus, je trouve que le podcast aurait gagné à évoquer un peu plus Pilotwings 64, il y avait largement de quoi raccourcir un peu le temps consacré à l’épisode SNES pour évoquer plus en détail l’épisode N64. Après pour l’épisode 3DS, je ne sais pas ci ca rentre dans le cadre du podcast, le jeu n’est plus de première fraicheur, mais je ne sais pas si un jeu vieux de quatre ans entre dans la « caz » retro gaming. Perso que ce soit vieux ou pas, un bon jeu reste un bon jeu, donc je m’en tamponne !

    Le podcast était tout de même très plaisant à écouter, comme d’hab, même si j’ai un peu tiqué par moment. Mais bon les gouts et les couleurs, et j’imagine que découvrir ce jeu, après avoir vu la 3D de la PSone, ca ne doit pas aider ;-)

    • Anfalmyr
      Anfalmyr 20/01/2015 at 10:42 - Répondre

      comme on le disait, on ne remet jms en question la maniabilité qui pourrait être très intéressante; mais comme on ne peut pas juger de sa qualité à cause du peu de variété de séquences de jeu proposées, c’est compliqué de vouloir mettre plus en avant une maniabilité semble-t-il correct, face aux manques flagrants de contenu qui desservent l’intégralité du jeu. Pendant qu’on enregistrait, je me suis dit qu’en fait Pilotwings c’était un peu les « addons » de Gran Turismo, comme GT Concept. Y’a le gameplay, mais y’a pas le contenu, sauf que chez GT y’avait GT3 A-Spec ^^

    • Loupign
      Loupign 20/01/2015 at 17:36 - Répondre

      Je suis tout à fait d’accord avec toi que refaire un jeu rétro court est plus appréciable qu’un jeu trop long.

  11. Yetcha
    Yetcha 21/01/2015 at 19:50 - Répondre

    Et bien moi j’aime bien me faire une petite partie de temps en temps. J’aime les sensations qu’il offre, encore aujourd’hui! Vive Pilotwings!!!

  12. Julian
    Julian 13/12/2015 at 22:10 - Répondre

    On me l’avait prêté un week-end, en échange d’un de mes jeux imports. Comme je n’achetais quasi que des jeux étrangers et mes potes des vf, j’avais toujours l’impression de me faire un peu arnaquer dans ces échanges d’un week-end. Mais pas avec Pilotwings. J’ai passé un bon moment sur ce jeu, que j’ai trouvé très maniable, et assez entraînant par ses challenges. Le coté « démo technique » m’est passé un peu par dessus la tête à l’époque, je trouvais que le jeu faisait le taf dans ce qu’il voulait proposer, mais n’en mettait pas vraiment plein la vue.

    Je l’ai racheté récemment, pour le 3° fois. J’ai une SFC et j’ai découvert à mes dépends que ni la version SNIN, ni la version SNES ne passent dessus. Le décor tourne à l’infini derrière, comme fou. J’ai fini par chopper une version jap pour moins d’une quinzaine d’euros, et je m’amuse bien dessus, même si je sent que je n’avancerai pas en me contentant de « mini sessions ».

    Je n’ai jamais joué à la version N64, mais la version 3DS reprend 2 séquences de Wii Sport Ressort, et n’est pas réellement un vrai jeu (qui me répondra « comme le 1° »?). J’aime bien ce genre de simu simplifiée, et je trouve les challenges amusants.

    Ah, j’ai moi aussi acheté Sky Mission, et j’ai été gravement déçu, et mon petit porte monnaie de lycéen aussi.

    PS: y’avait pas un avion bleu à débloquer? Ou j’ai halluciné?

  13. julienktl 07/05/2016 at 07:45 - Répondre

    J’ai réécouté hier le podcast. Comme Mikadotwix ce jeu est une de mes madeleines de Proust de la Super Nintendo, j’y tiens beaucoup à ce jeu qui me ramène beaucoup de bons souvenirs, j’aime beaucoup ses musiques également. J’ai connu ce jeu très tôt à sa sortie en France car nous étions les premiers de mon village à avoir eu la console (quelle fierté ! :D ). Je vais en choquer certains mais je tiens plus à Pilotwings qu’à Super Mario World !

    En revanche, je viens de regarder un test de l’opus 64, ça ne me plait pas du tout !

Laisser un Commentaire